Nous avons vécu, et nous vivons, une période exceptionnelle. Pas besoin de parler du « monde d’après » : nous avons pu mesurer la chance de pouvoir compter sur nos commerçants de proximité, dans notre ville et dans nos quartiers.

La crise a été, pour certains d’entre nous, l’occasion de redécouvrir certaines activités. D’autres nous ont cruellement manquées ! Quelle que soit la taille du commerce ou de la grande surface, un grand merci à tous ces professionnels qui se sont mobilisés pour nous accueillir dans de bonnes conditions malgré les protocoles.

Sur cette première vidéo, nous avons rencontré quatre acteurs de la ville, pleinement investis dans le secteur de l’alimentation : 

  • Hélène et Philippe, de l’épicerie Fruits Délices au quartier Est,
  • Julien et Émilie, qui ont ouvert la boucherie Les Toques Sablées au mois de mai en coeur de ville,
  • Marcel, trippier sur notre marché,
  • Hélène et Régis, respectivement « AMAPienne » et maraîcher sur l’AMAP de Mourenx

Après le confinement, le plaisir de se retrouver !

Tous sont unanimes. Après « la peur », « l’inconnu total », « un coup d’arrêt », le déconfinement a permis de retrouver des relations plus normales.

Car, chacun l’exprime à sa manière : un commerce c’est plus qu’une relation marchande.

« On est là aussi pour écouter », pour Julien et Émilie des Toques Sablées.

« Les gens ont apprécié le rapport humain, ils se sentent un peu comme chez eux. Ils ont redécouvert l’épicerie de quartier », pour Philippe de Fruits Délices. « Les gens discutent, se racontent leur vie, se rappellent leur jeunesse ou parlent des enfants. »

Marcel, trippier sur le marché de Mourenx
Marcel, trippier sur le marché de Mourenx
Hélène, adhérente de l'AMAP de Mourenx
Hélène, adhérente de l'AMAP de Mourenx

Plus que des commerces, des services de proximité

S’ils vendent des produits, chacun nous a aussi rappelé qu’il se trouvait au coeur d’un écosystème. Un lien entre le client final et des producteurs.

Lorsque Julien et Émilie ouvrent leur boucherie au mois de mai, ils permettent ainsi à des éleveurs de trouver de nouveaux débouchés face à la fermeture de restaurants par exemple.

Marcel, lui, a pu compter sur ses abattoirs habituels, pour s’approvisionner sans problème et revenir rapidement sur les marchés.

Au coeur du quartier se développent aussi des relations humaines avec les « voisins ». Philippe et Hélène ont su répondre présents pour répondre à la forte demande de livraison à domicile. 

« Beaucoup de Mourenxois, notamment les personnes âgées, se sont retournées vers la mairie, qui les a orientées. Et ces personnes reviennent pour l’instant, j’espère qu’on pourra les garder ! »

« Ce qui a été essentiel ce sont les petits commerces et aussi les aides à la personne. On a fait connaissance avec ces personnes, qui ont rendu des services immenses. Elles allaient 2 ou 3 fois chez la personne en prenant sur leur temps personnel. »

Régis, maraicher à l'AMAP de Mourenx
Régis, maraicher à l'AMAP de Mourenx
Julien, boucherie Les Toques Sablées
Julien, boucherie Les Toques Sablées
Philippe et Hélène, épicerie Fruits Délices
Philippe et Hélène, épicerie Fruits Délices

La chance d’habiter à mourenx, en Béarn

Cette période aura amené certains Mourenxois à se tourner vers les produits locaux. 

« On est quand même dans le Béarn. Et dans le Béarn, on a accès à toutes sortes de produits locaux ! », souligne Hélène, consomm’actrice de l’AMAP et habituée à récupérer son panier de produits locaux chaque vendredi. 

Et lorsqu’on leur pose la question si leur commerce remplit une mission d’intérêt général, la réponse est la même. 

« On aime notre boulot, on aime bien faire plaisir aux gens ». 

Et nous, Mourenxois, avons la chance de pouvoir compter sur ces gens passionnés !