Troisième épisode de cette série de vidéos avec trois nouveaux témoignages. On retrouve ici des gérants d’activités de services : bricolage, bâtiment, automobile. 

Leur point commun ? Ils ont stoppé immédiatement leur activité à l’annonce du confinement puis se sont organisés pour reprendre le plus rapidement possible. Avec deux impératifs à concilier : répondre à la demande des clients et garantir la sécurité de leurs salariés.

Nous avons donc rencontré trois acteurs de la ville :  

  • Benjamin, reponsable du magasin de jardinage et bricolage Bricomarché,
  • Cyril, artisan dans le bâtiment avec la société Bati Sud,
  • Mariano, gérant du garage Arenas.

Le confinement : réactivité et disponibilité !

L’annonce du confinement a été un moment délicat à gérer : un mélange de peur et d’inquiétude, un arrêt d’activité à « organiser », des salariés à accompagner… Le tout, sans informations précises et fiables.

« Par sécurité, on a d’abord fait le choix de tout arrêter et de fermer. « 

« Il a fallu organiser cet arrêt brutal. Et l’annoncer aux collaborateurs qui avaient tous regardé la télé et analysé un peu différemment certains messages. »

« Aucune perspective, ça a été le fil rouge tout au long de cette période. L’inconnu. Tous les jours, il fallait être à l’affût de nouveaux messages, administratifs et politiques. »

Rapidement, chacun a toutefois tenté de reprendre une activité, avec des objectifs différents. 

Côté garagiste, la démarche a d’abord été solidaire. 

« On a dépanné des soignants, monté des pneus, donné des gants. On a mis à disposition nos véhicules de prêt. Une aide-soignante de l’hôpital de Pau a ainsi pu profiter d’un véhicule pendant le confinement. »

Côté Bricomarché, l’attente était forte de la part de clients coincés chez eux et qui avaient donc du temps libre pour bricoler et jardiner. Il a donc fallu s’organiser et « bricoler » un accueil en drive

« On a ouvert en drive début avril, sur une durée de 3 semaines. Les clients étaient contents de nous voir ouvrir, ils pouvaient s’occuper. Mais, pour nous, c’était assez sportif et assez physique avec 150 à 200 clients par jour. »

Côté artisan du bâtiment, la reprise a été dictée par les clients chez Bati Sud. Selon le type de chantier, ceux-ci étaient plus ou moins favorables à la présence de personnes extérieures. 

« On s’est orienté vers les chantiers de maçonnerie car il n’y avait pas de co-activité, nous étions seuls sur les chantiers. Lorsqu’on est sur un chantier occupé, type peinture, c’est plus compliqué. »

Cyril, de la société Bati Sud spécialisée dans le bâtiment
Cyril, de la société Bati Sud spécialisée dans le bâtiment
Mariano, du garage Arenas

Reprise d’activité : le retour à la vie normale ?

La reprise progressive des activités a permis d’arriver plus sereinement au déconfinement officiel du 11 mai. Les protocoles étaient en place, tant au niveau des magasins que des équipes. Cela a permis aussi de rassurer les clients.

« Stressés au début, mais les gens ont joué le jeu. Ils ont été respectueux des distances de sécurité. »

« L’enjeu est de maintenir l’activité, donc les emplois. Limiter au maximum ce qui nous attend certainement, des vagues de chômage. »

Pour un artisan, les prochaines semaines ne sont pas inquiétantes car les carnets de commande étaient bien pleins ou il y avait parfois un peu de retard. C’est donc plutôt sur les mois à venir que la visibilité est réduite : report possible dans la réalisation de gros chantiers ou le lancement de nouvelles opérations, redémarrage de la commande publique avec un agenda électoral chamboulé…

Benjamin, responsable du magasin Bricomarché

L’importance d’un accompagnement professionnel de proximité

Si les gens viennent souvent chez le garagiste par obligation, ils ont surtout besoin d’être conseillés. Idem dans un magasin de bricolage ou chez un artisan lorsqu’il faut faire le bon choix, trouver la bonne solution. 

« Il y a toujours ce côté proximité. Les gens aiment parler avec leur mécano. J’ai ce rôle de conseiller, je ne suis pas là que pour vendre. »

« Le particulier a toujours besoin d’accompagnement, de conseil et d’une solution pour palier à son problème. »

Lorsque le conseil est essentiel, le e-commerce montre alors ses limites. Avec l’allongement des délais de livraison, des personnes sont revenues vers les commerces de proximité.

« Les gens reviennent à l’essentiel, au plus proche de chez eux. On rend service à la population en étant présent. »

C’est donc ce lien de confiance qui rapproche professionnels et particuliers. 

« Ils prennent plaisir à venir nous voir. »

Un projet d'agrandissement pour Bricomarché !

La démarche est en cours et les travaux devraient démarrer rapidement. Le magasin Bricomarché va étendre sa surface de vente, « pour améliorer notre confort de travail et le choix dans les rayons. »

Des travaux vont aussi être réalisés dans cette zone, en particulier sur la D33 en direction de Lacq pour sécuriser les accès (boulangerie, Bricomarché, entreprises implantées sur la zone…).